Les propriétés culturelles Iraniens inscrites sur la Liste du patrimoine mondial (UNESCO)

  1. Tchogha Zanbil (1979):
    Tchogha-zanbilTchogha Zanbil est une grande ziggourat merveilleuse étagée en briques crues appartenant à Elamites environ 500 BC, qui est situé dans l’ancienne ville de Elam près de Susa (Shush), aujourd’hui est la province Khusestan. Cette Ziggurat a été fondée par le roi d’Elam, Untash Napirisha. Ziggurat signifie ” sommet de la montagne ” où les gens y aller pour adorer, en d’autres termes, il a été considéré comme un lien entre le ciel et la terre et a été consacrée à Inshushinak et Napirisha les dieux sumériens par le commandement de Untash Gal le roi de Elamites. Cette structure énorme était un bâtiment de cinq étages, mais deux histoires ont été détruits au cours de nombreuses années. Tchogha Zanbil site archéologique couvre un plateau vaste et aride avec la vallée riche et les forêts. L’une des choses les plus intéressantes sur cette ziggourat est que les étages ne sont pas construits sur l’autre, par exemple, la cinquième étage de cette structure commence à partir du sol, pour cette raison cette ziggourat est especial entre autres ziggourats. Tchogha Zanbil est composé de briques cuites, un certain nombre de caractères qui sont cunéiforme donnant les noms des divinités dans la culture et langues de l’élamite et akkadien.
  2. naghsh-e-jahan-SQLa place de Naqsh-e jahan (1979):
    La Place Royale, un monument de la vie socio-culturelle de la perse pendant la période safavide. La place de Naqsh-e Jahan est aussi appelé la place de Emam et est considéré comme la plus grande place dans le monde. Cette place est un exemple remarquable de l’architecture person et islamique. Shah Abbas I, le roi puissant de la dynastie safavide qui a régné 1587-1628, choisi Esfahan comme sa capitale. Il a fait cette belle place royale bordée sur tous les sites par les monuments et bâtiments historiques. Il a été considéré comme le centre de la ville et a été appelé Naqsh-e-Jahan qui signifie ” l’image du monde ”. Cette place merveilleuse est connu pour la mosquée royale, la mosquée de Sheikh Lotfollah, le portique magnifique de Qaysariyeh et Ali Qapu palais. Tous ces monuments sont un témoignage impressionnant au niveau de la vie sociale et culturelle de la Perse durant l’ère safavide. Chogan comme un jeu persan était très populaire dans l’ère safavide et cette grande place a été utilisé comme un terrain Chogan aussi bien.
  3. Persepolis (1979):
    persepolis
    Persepolis, ce mot littéralement signifie ” ville persane ”, également en Iran connu sous le Trône de Jamshid. Les ruines magnifiques du capital cérémonial de Achamenids situé dans Marvdasht 60 km au nord-est de la ville de Shiraz dans la province de Fars. Ces ruines étaient un jour un complexe de nombreux palais fondé par Darius, le Grand et son fils Xerxès, les rois de la dynastie achéménide en 518 BC. Le site est marqué par une grande terrasse avec son côté est à côté de la Kuh-e Rahmat “Mount of Mercy”. Sur le côté ouest de ce site il y a un escalier magnifique double de 111 marches en pierre courtes menant au sommet. Sur la terrasse, il y a les ruines d’un certain nombre de bâtiments énormes, tous faits de pierres grises foncées. Un certain nombre d’inscriptions attribuées à Darius I (le Grand), Xerxès I, et d’Artaxerxès III qui  indiquent à quel monarque les différents bâtiments ont été appartenaient. La plus ancienne de ces inscriptions sur le mur qui est la prière célèbre de Darius pour son peuple: «Dieu protège ce pays de l’ennemi, la famine et le mensonge.” Il y a des inscriptions en persan, médian, et les langues élamites. Il y a une grande porte à Persépolis qui est appelée «Porte de toutes les nations ». Porte de toutes les terres ou les nations est un petit palais dans la partie orientale de Persépolis. La principale raison de l’appeler “Porte de toutes les terres» est que les représentants des différentes nations premièrement auraient entrer cette porte, puis ils ont été guidés vers le palais principal pour le respect de Xerxès le Grand, roi de la Perse. Cette porte magnifique rappelle la gloire et la puissance de l’Empire achéménide et a été construit par Xerxès, fils de Darius. Deux taureaux ailés de pierre sont situés dans la partie ouest de la porte et à l’intérieur du palais il y a une inscription en persan, en élamite et la langue babylonienne.
  1. Takht-e Soleyman (2003):
    takht-e-soleymanCe mot en persan signifie ” trône de Salomon ”. Ce complexe est composé de les ruines d’un temple du feu de la période sassanide situé dans nord-ouest de l’Iran, la ville de Takab, dans la province de l’Azerbaïdjan à l’ouest. Le site est situé dans une vallée près d’une région de montagnes volcaniques. Il se compose de plusieurs groupes de ruines d’occupation presque simultanée, chacun d’eux est consacré à l’adoration zoroastrien. En plus de Takht-e Sulaiman et les ruines adjacentes, y compris Zendane Soleyman “Prison de Salomon» et Kuh-e Belqeys “Mount de Bilqîs”; Bilqîs dans la tradition islamique était le nom de la reine de Saba. Kuh-e Belqeys est situé à 8 km au nord-est de Takht-e Sulaiman. Un château situé, il remonte à la période sassanide. A propos de 623 AD, les armées romaines byzantines limogé le temple et a endommagé mal. Pendant les conquêtes islamiques plusieurs générations plus tard, un logement a été faite avec les dirigeants musulmans locaux et des services zoroastriens a continué à observer sur le site. On ne sait pas quand le site a été terminé de fonctionner comme un temple, et aussi on ne sait pas ce qu’est devenu l’autel du feu lui-même. Depuis de nombreuses années, il a été endommagé par des catastrophes naturelles, tremblements de terre fluctuations naturelles du climat, et l’inondation régulière du lac, ainsi a été endommagé par les résidents locaux qui cherchent à obtenir des matériaux de construction pour les nouvelles constructions.
  2. Arg-bamBam et son paysage culturel (2004):
    Ce complexe est un paysage culturel et un témoignage à l’élaboration d’un règlement de commerce dans le désert, construit par la brique de boue et situé dans la province de Kerman. Il est si célèbre au cause de l’existence d’une énorme forteresse. La région autour de la ville a été connue pour ses palmiers, qui sont parmi les plus productifs en Iran, bien que le coton et divers grains sont également soulevées là. Arg-e Bam (la citadelle) est l’exemple le plus représentatif d’une ville médiévale fortifiée construite selon une technique vernaculaire utilisant des couches de boue, donc Arg-e-Bam (citadelle) est considéré comme le plus grand complexe de boue de briques du monde. Les murs de la forteresse, qui a12 mètres de haut. La citadelle a été établi au cours de la dynastie sassanide (224-651 AD) mais il y a des preuves qui montre les origines du complexe Bam remonte à la dynastie achéménide. Même jusqu’au début du 19ème siècle, il était l’endroit le plus forte en Iran, après avoir été utilisé le plus largement au cours des conflits dynastiques iraniens du 18e et 19e siècles. Au cours de cette même période, la forteresse est tombée dans les mains des violateurs afghans, et une grande partie de la population a fui.
  1. pasargadaePasargadae (2004):
    La ville de Pasargades fut la capitale du premier grand empire multiculturel (Achéménides) en Asie occidentale construit par Cyrus le Grand au 6ème siècle BC situé à Shiraz. Cyrus II (le Grand) après l’intégration du pays choisi Pasargades comme sa capitale et première ville achéménide. Le nom de la ville peut avoir été dérivé de la tribu persan, Pasargades, il soit possible que la forme originale du nom était Parsagadeh “Trône de Pars”. Pasargades fut la première ville de jardin dans le monde. Le mausolée de Cyrus le Grand, Tall-e Takht, une terrasse fortifiée, un ensemble royal de guérite, salle d’audience, et le palais résidentiel et les jardins. Finalement, la belle ville de Pasargades avec tous les palais et jardins ruinés par Alexandre et ses guerriers lors de son invasion en Perse et détruit toute la ville, sauf le tombeau de Cyrus le Grand qui encore reflète la gloire d’un roi amoureux de la paix en respectant la diversité culturelle qui a écrit le premier commandement des droits de l’homme dans le monde et a éliminé l’esclavage et de la cruauté.
  1. Soltaniyeh (2005):
    gonbad-e-soltaniye
    Soltaniyeh est l’ancienne capitale de la dynastie Ilkhanide, un témoignage de l’histoire du 13ème et 14ème siècles. Le dôme de Soltaniyeh est considéré comme le dôme de brique le plus élevé dans le monde. Il est situé dans la province de Zanjan. Mausolée de Oljeito connu comme le dôme de Soltaniyeh qui a été construit en 1302-1312 dans la ville de Soltaniyeh, capitale Ilkhanide. Soltaniyeh est l’un des exemples remarquables des réalisations architecturales perses et montre également les traces des arts islamiques. Cette structure octogonale est couronné d’un grand dôme de 50 mètres qui est couvert en céramique émaillée bleu turquoise et également entouré de huit minarets. Nous avons de nombreux exemples de dômes à double coque et le dôme de Soltaniyeh est le plus ancien, dans l’architecture de l’Iran. La décoration intérieure est aussi accrocheur. Sur les côtés du plafond, des versets du Coran et les noms de Dieu ont été écrits dans une belle écriture, qui est un mélange de l’art persan et islamique. Certains historiens pensent que Sultan Mohammad Khodabandeh (Oljeito) le roi Mongol de Ilkhanide construit la grande structure et le dôme pour transférer les restes Imam Ali et Imam Hussein de leurs mausolées en Irak à cet endroit. Cependant, il a abandonné l’idée après un rêve qu’il avait. Ce dome est le plus grand dans le monde après Santa Maria en Italie et Sainte-Sophie en Turquie.
  1. Bisotun (2006):
    BistonBisotun est situé dans la province de Kermanshah le long de l’ancienne route commerciale reliant le haut plateau iranien à la Mésopotamie et toutes les caractéristiques, il appartient au temps préhistoriques, Median, achéménide, sassanide, et la période Ilkhanide. Le monument le plus important dans Bisotun est l’inscription cunéiforme commandés par Darius I, le Grand. Cette inscription représente Darius le Grand comme l’empereur perse et successeur de Cyrus, le Grand en 521 BC. Il a un arc dans sa main comme un signe du pouvoir et de la souveraineté et de l’homme qui se trouve sur le dos devant lui est Gaumata, le Magus médian qui voulait asseoir sur le trône de l’Empire perse, mais Darius ne le laissa pas d’atteindre son objectif. Aussi il y a 1200 lignes d’inscription indiquant sur les batailles que Darius vaincu tous les prétendants au trône de Perse après Cyrus le Grand. Une autre inscription existe là qui est considérée comme la plus ancienne inscription racontant les batailles dans lesquelles Darius le Grand pourrait vaincre tous les prétendants au trône Empire perse. En Bisotun nous voyons un texte élamite comme la plus ancienne inscription qui décrit les légendes, les rois et les rébellions qui sont évidemment similaire à la version babylonienne. La dernière inscription importante est que pour la première fois Darius le Grand décrit les travaux qu’il a fait pour Iran dans la langue vieux perse.
  2. armenian-monasticEnsembles Monastiques Arméniens de l’Iran (2008):
    Les ensembles arméniens se composent de St.Thaddeus, St. Stephanos et la chapelle de Dzordzor les emplacements présumés des tombeaux des apôtres de Jésus-Christ. Ces édifices, dont le plus ancien, St-Thaddeus, appartient a 7ème siècle connu sous le nom Ghara Kelisa (l’église noire). Ils ont toujours été un lieu de haute valeur spirituelle pour les chrétiens et un lieu de pèlerinage pour l’Eglise arménienne. Les monastères ont été un centre important pour la diffusion de cette culture dans la région. Ils sont situés dans au nord-ouest de l’Iran. Ces monastères montrent la valeur universelle remarquable de l’architecture arménienne et les traditions décoratives. Les échanges culturels importants avec byzantine, orthodoxe et perse sont également visibles dans leur architecture. Ces monastères ont survécu 2000 ans de destruction, à la fois par des catastrophes naturelles et humaines. Ces églises ont été reconstruites à plusieurs reprises afin de maintenir la culture arménienne dans cette region.
    .
  3. shushtarShushtar Historical Hydraulic System and waterfalls (2009):
    Les anciennes cascades de Shushtar et le système hydraulique et historique sont situés dans la province méridionale de l’Iran, Khuzestan. La ville de Shushtar est célèbre pour ses installations d’approvisionnement en eau, qui remontent à l’époque sassanide (224-651 AD). Karoun est le plus grand  rivière du pays qui encercle la ville et a créé de belles cascades dans différentes parties de Shushtar. Il y a deux canaux sur la rivière Karoun, canal Gargar qui est encore en cours d’utilisation et fournit de l’eau à la ville de Shushtar par une série de tunnels. Cela forme une falaise spectaculaire des cascades. Ce système est un système hydraulique homogène, conçu globalement et achevé en 3ème siècle AD. Il démontre les riches ouvrages de génie civil. Ce complexe fantastique comprend également d’autres structures remarquables comme la tour pour mesurer le niveau d’eau, ponts bassins et des moulins.
    .
    .
  4. tabriz-bazzarLe bazar historique de Tabriz (2010):
    Ce complexe de bazar historique est situé dans la province de Tabriz le long d’une des routes commerciales est-ouest fréquentés. Il se compose de nombreux structures couvertes en briques, des bâtiments et les centres commerciaux. Tabriz bazar est un espace qui a une variété de fonctions. Au cours du 13ème siècle, la ville de Tabriz et son bazar a prospéré et a acquis une renommée lorsque la ville fut la capitale du royaume safavide. Mais Tabriz a perdu son rôle de la capitale au 16ème siècle, il est resté comme un centre important commercial jusqu’à la fin du 18ème siècle, avec l’expansion de la puissance ottomane. Il est l’un des exemples les plus évidents de système traditionnel, commercial et culturel de l’Iran. En plus d’être un centre commercial, ce complexe a également servi comme les rassemblements sociaux et les pratiques éducatives et religieuses. Bazar de Tabriz a été l’un des plus importants du commerce international et des centres culturels en Asie et dans le monde entre le 12 et le 18ème siècles AD en raison de son emplacement le long des routes commerciales de est-ouest.
  5. safi-al-din-ardebiliLe Tombeau de Cheikh Safi al-din (2010):
    Ce tombeau est un complexe qui est situé dans la province d’Ardabil. Il est considéré comme une ville microcosmique se compose de Bazaar, édifices religieux, des bains publics, les places, les maisons et les bureaux. Ce complexe abrite également le tombeau du soufi, Cheikh Safi, le fondateur de la dynastie safavide et le mystique fameux de l’époque safavide. Ce complex intègre une route pour atteindre le sanctuaire de Cheikh Safi divisé en sept segments reflétant la septième étape du mysticisme soufi, séparés par huit portes représentant huit attitudes du soufisme. Le complexe de Cheikh Safi à Ardabil est d’une valeur universelle exceptionnelle et peut-etre comme un chef-d’œuvre artistique et architectural avec la représentation des principes fondamentaux du soufisme. Les espaces architecturaux et les caractéristiques du bien proposé ont intégré les influences des périodes ilkhanides et timurides aussi, avec le message religieux du Soufisme. En raison du sanctuaire du grand maître soufi, la propriété est resté sacré en Iran jusqu’à nos jours.
  6. Le Jardin Persan (2011):
    Persian-gardenLe jardin persan se compose d’une collection de neuf jardins dans les regions différentes de l’Iran, y compris Pasargadae jardin, jardin Chehel de à Ispahan, jardin Fin à Kashan, Dolat abad jardin à Yazd, Eram jardin à Shiraz, Shahzadeh jardin à Kerman et etc. Ces jardins montrent les différentes formes de conception de jardin pendant des siècles dans des conditions climatiques diverses. Ces jardins reflètent la flexibilité de Chahar Bagh, en utilisant des fonctions géométriques. La forme d’origine du jardin persan et le premier exemple magnifique de jardin persan est Pasargades, la ville de jardin et le complexe palatial de Cyrus le Grand. Chaque jardin persan est divisé en quatre zones et chaque zone du système hydraulique joue un rôle important à s’arroger tout le jardin. Un beau pavillon dans le centre construit pour le roi peut être considéré comme le point culminant de l’architecture du jardin persan. Dans le jardin persan un mélange d’éléments naturels et des composants d’origine humaine peuvent être observés. Ce mélange se traduit par une réalisation unique et artistique reflétant les concepts artistiques, philosophiques et religieuses ainsi que les caractéristiques esthétiques. Le jardin persan peut aussi réfléchir et concrétiser le concept de Jardin de Eden ou le paradis sur la Terre.
  7. gonbad-qabos1Gonbad-e Qabus (2012):
    Cette tour unique, appartenant à ziyarides situé dans la province de Golestan est visible depuis une grande distance. Il est de 53 mètres et est faite de briques cuites non vitrés. Ce chef-d’œuvre est situé dans Gorgan (Jorjan). Jorjan était la capitale de ziyarides. Cette tour a été construit près des ruines de l’ancienne ville de Jorjan (le meilleur témoignage de l’échange culturel entre l’Asie centrale et l’ancienne civilisation de l’Iran) en 1006 AD comme la tombeau de Voshmgir le roi de ziyarides. Maintenant, cette tour est la preuve que restante de Jorjan qui a été détruit totalement par l’invasion mongole au 14e et 15e siècle. Cette tour de la tombe comme la plus haute tour de briques dans le monde est un exemple remarquable de l’architecture islamique qui a influencé les bâtiments en Iran, en Anatolie et en Asie centrale. Cette structure accrocheur est faite de briques cuites non vitrés. Cette tour a une sorte de dessin géométrique complexe et montre le développement des mathématiques et de la science parmi les Iraniens en 1006 AD.
    .
  1. masjed-e-jame-of-isfahanMasjed jame d’Ispahan, Grande Mosquée (2012):
    Ce grand et magnifique mosquée est la plus ancienne mosquée de la congrégation en Iran qui est situé dans le centre d’Ispahan. Son histoire remonte à la dynastie seljuks et montre une séquence de construction architecturale et styles décoratifs. Dans cette grande mosquée, nous pouvons observer un exemple étonnant de l’évolution de la mosquée de plus de douze siècles. Cette mosquée est un exemple unique d’une conception de la mosquée dans toute l’Asie centrale. La superficie de ce grand complexe de plus de 20.000 m2 et est le premier exemple de la construction islamique qui a adapté quatre cour de maison des palais sassanides à l’architecture religieuse islamique. Le dôme de cette mosquée est le double carapace. Les superbes détails décoratifs de ce bâtiment montrent une sorte d’innovation dans l’architecture. Cette mosquée est un prototype reconnu pour la conception de la mosquée, la mise en page de construction, qui a été référencé dans plusieurs époques et régions du monde islamique plus tard. Aussi la construction architecturale de cette mosquée montre les styles décoratifs de différentes périodes couvrant 12 siècles de abbasside à l’époque safavide.
  2. golestan-palaceLe Palais Golestan (2013):
    Ce palais magnifique est situé dans le cœur historique et central de Téhéran. Ce complexe de palais est l’un des plus anciens de Téhéran. Il est construit dans l’ère safavide et reconnu comme le siège du pouvoir de la dynastie Qajar en 1779. Golestan est considéré comme le plus ancien des monuments historiques à Téhéran. Golestan Palace (Palais des Fleurs) appartient à un groupe de bâtiments royaux qui étaient autrefois enfermé dans les murs de boue de chaume historique Arg de Téhéran (citadelle de Téhéran). Le palais de Golestan est le résultat d’environ 400 années la construction et la rénovation. Les bâtiments de l’emplacement contemporaine ont chacun une histoire unique. Ce palais incarne l’intégration réussie de l’artisanat perse antérieures et l’architecture avec des influences occidentales. Ce palais est construit autour d’un jardin avec piscines, avec les superficies plantées. Golestan palais est un exemple des arts et des éléments de l’architecture du 18ème siècle et de la technologie persanes traditionnelles. Le palais a été reconstruit à sa forme actuelle en 1865 par Haji Abol-hasan Mimar Navai.
    .
  3. shahr-i-sookhtaShahr-i Sookhta (2014):
    Shahr-i Soukhta (la ville brûlée) est considéré comme l’une des villes importante de l’époque élamite. Il est situé dans l’est au sud de l’Iran et aussi pensé pour être un centre de la culture, l’économie et la politique. Première animation dans le monde peint est tellement incroyable. Lors de la fouille de Shahr-e Soukhteh, les archéologues ont trouvé un bol d’animation qui date il y a cinq mille ans avec l’image d’un arbre et une chèvre en cours d’exécution. L’artiste habile avec cinq motions pouvaient démontrer que la chèvre se nourrit des feuilles de l’arbre. Le point intéressant est que par approcher de l’image de cinq chèvres à l’autre, les archéologues pourraient atteindre un film de 20 seconds. Premier œil artificiel a été fait et aussi dans Shahr-e Soukhta et le premier opération de crâne il y a eu lieu. Les vestiges de cette brique crue ville représente l’émergence de la première société complexe dans l’est de l’Iran. Il est fondée en 3200 BC et a été peuplé jusqu’à 1800 AD. Un grand feu a eu lieu là-bas et la ville est restée déserte, mais la principale raison de son abandonment est encore inconnue.
  4. shushSusa (2015):
    Susa ou Shush est une zone archéologique qui est situé dans la province du Khuzestan, au sud-ouest de l’Iran. Susa se présente comme l’un des rares sites antiques du Moyen-Orient où deux grands développements sociaux et culturels ont eu lieu, y compris le développement de l’état précoce et l’urbanisation. Susa était une ville importante la plupart du temps comme la capitale de différentes dynasties au cours de l’histoire de la Perse et contient de nombreux sites historiques. Cette ancienne ville couvre environ 350 hectares, Susa est l’un des plus grands sites archéologiques du monde. Il a été formé sur la rivière Sha’ur depuis le 4ème millénaire BC et a été habité sans interruption jusqu’à 8ème siècle AD. Au cours de la période mentionnée, elle était la capitale des Elamites et par la suite les Achéménides pour quelques 2,800 années. L’ensemble royal du palais de Darius le grand et Apadana avec sa salle et portiques hypostyle de haut représentent tous ensemble une contribution innovante à la création d’une nouvelle caractéristique de l’Empire achéménide. Depuis il y a environ 150 ans, les équipes archéologiques ont fait des fouilles ici, récupérer des artefacts, des bâtiments et des objets de différentes époques, et, surtout, les connaissances sur l’histoire et la culture élamite.
  5. maymandLe Paysage culturel de Maymand (2015):
    Le paysage culturel de Maymand est un village magnifique de rocher près de la ville de Shahre-Babak dans la province de Kerman, au sud-est de l’Iran. Cet ancien village est considéré comme l’un des résidences principales en Iran qui date d’environ remontent à 12000 ans. Maymand est une zone semi-aride, à la fin d’une vallée au sud des montagnes du centre de l’Iran. Les villageois sont agropasteurs semi-nomades. Ils élèvent leurs animaux dans les montagnes. En hiver, ils vivent dans dans les vallée plus bas, dans les grottes. Ce paysage culturel est un excellent exemple d’un système de logement qui était largement répandue dans le passé. Tous les composants du paysage Maymand reflètent le système agro-pastoral et de logements permanents et saisonniers. Au cours de l’année, les agriculteurs se déplacent avec leurs animaux à des endroits définis qui comprennent enrichis habitations troglodytes pour les mois d’hiver. Les maisons de Maymand sont deux types différents, qui sont Markhaneh maisons circulaires et souterraines demi à l’abri du vent et de l’autre type est Mashkdan qui sont au dessus du sol et construit avec des murs en pierres sèches d’un toit conique.
  6. Le desert de Lut ou Dasht-e Lut (2016):
    lutLe grand désert de Lut est situé dans l’est sud de l’Iran. La superficie totale de ce désert vast est d’environ 5400 km2. Lut dans la langue persane signifie nu et vide, donc en d’autres termes, on peut dire que ce nom a été choisi parce que, dans une grande partie de ce désert, il n’y a aucun animal et aucun genre de vie végétale. Un grand massif de dunes et de sable se lève existent dans la partie orientale de Dasht-e Lut. En raison de son immensité seulement une partie de cette région (près de la ville historique de Shahdad), qui comprend la plupart de ses phénomènes est pris pour considération. Le désert de Lut en raison des conditions ambiantes difficiles et des moyens limités de la vie est presque déserte. Aussi en raison de l’accès limité aux routes et les activités industrielles civiles, ce désert a été resté vierge et intact. Les archéologues croient que l’histoire et la civilisation de cette zone remonte à il y a 6000 ans. Le cimetière, des statues et des poteries qui ont été trouvés dans cette région peuvent tous être considérés comme un témoignage de la grande histoire de Dasht-e Lut. Aussi le plus ancien drapeau dans le monde connu sous le nom (drapeau de Shahdad) Derafsh-e Shahdad a été découvert là.
    • Quatre registres universels sont inscrits dans Lut désert:
      • Le plus long système généralisé de yardangs dans le monde (120 km de long à 80 km de large).
      • La plus grande pyramide de sable du monde (près de 500 m de haut)
      • Le point le plus chaud du monde (basé sur les études sur les images satellite et des données).

      • Les plus grandes plantes du désert (Nebka) dans le monde, (très probablement)


  7. Le Qanat Persan (2016):
    ghanat

    1. Qanat est un canal souterrain en pente douce avec une série de puits d’accès vertical. Qanats sont utilisés pour transporter l’eau et créer un approvisionnement fiable en eau pour le règlement humain des zones arides. Dans toutes les régions arides de l’Iran, des établissements permanents et les exploitations agricoles sont pris en charge par les qanats anciens. Ce système conduit l’eau le long des tunnels souterrains par gravité parfois sur plusieurs kilomètres. Ces onze qanats qui sont inscrits à l’UNESCO comme patrimoine culturel de l’Iran constituent un témoignage unique de traditions et civilisations culturelles dans les déserts et les zones arides

    Deux des qanats enregistrés sont situés dans la province de Khorasan Razavi dans l’est de l’Iran, y compris qanats Ghasabe de Gonabad qui est le plus ancien qanat dans le monde avec plus de 2500 ans et aussi qanats Baladeh de Ferdows enregistrés pour sa méthode de distribution d’eau complexe. Dans la province de Yazd, Zarch qanat, est le plus long qanat dans le monde avec une longueur de 71 Kilomètre et Hassan Abad Moshir qanat, a une bonne qualité de l’eau, les deux  peuvent être observés dans la liste. Dans la province de Kerman aussi deux qanats ont été enregistrés, y compris Akbarabad qanat et Ghasemabad qanat. Le premier est enregistré pour son approvisionnement en eau de défauts du sol et les deux autres pour être qanats jumeaux.

      Trois qanats de la province d’Ispahan sont également sur la liste; Moun qanat qui est le seul qanat doublé pontés dans le monde, Vazvan et Mozdabad qanats pour l’utilisation du barrage souterrain. Le qanat Ebrahimabad dans la ville d’Arak est également parmi 11 qanats qui est enregistrée pour sa forme conique du qanat.

Please wait...

Subscribe to our newsletter

Want to be notified when our article is published? Enter your email address and name below to be the first to know.